Aller au contenu principal

Francisation

Depuis le début des années 2000, le nombre d’immigrants adultes en formation dans les centres d’éducation des adultes ne cesse d’augmenter. Les besoins des personnes immigrantes demeurent au cœur des revendications du réseau des commissions scolaires.

Selon les données provenant du document Statistiques de l’éducation – Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire publié par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) en 2015, le nombre de personnes inscrites en francisation en 2013-2014, dans les commissions scolaires, était de 19 091.

Le programme d’études Francisation offert par les commissions scolaires

Le programme d’études Francisation a pour objet le développement de compétences langagières en français et le développement de la compétence interculturelle. Il s’adresse aux adultes allophones possédant au moins une scolarité de base et qui sont admissibles au service d’enseignement Francisation à l’éducation des adultes.

Le nouveau programme d’études ministériel Francisation est offert depuis janvier 2015. Ce programme est issu du référentiel commun entre le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) et le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES), c’est-à-dire de l’Échelle québécoise des niveaux de compétence en français des personnes immigrantes adultes et du Programme-cadre de français pour les personnes immigrantes adultes au Québec.

La francisation, dans quel but?

Selon le régime pédagogique de la formation générale des adultes :

La francisation a pour but :
de développer chez les adultes, pour lesquels la langue française n’est pas la langue maternelle, les habiletés de base en français oral et écrit, facilitant, pour certains d’entre eux, leur intégration dans la collectivité québécoise tout en préparant leur passage à des études subséquentes ou au marché du travail.

Partage d’outils

En janvier 2020, le MEES a publié le Guide administratif relatif aux dossiers et aux droits de scolarité exigés des élèves en provenance de l’extérieur du Québec à l’intention des commissions scolaires aux fins de subventions. Ce guide complète les règles budgétaires et se veut également un outil pour aider les établissements d’enseignement à établir les critères applicables concernant les droits de scolarité ainsi que les pièces justificatives qui devront être déposées au dossier d’un élève.

En 2019, le Conseil supérieur de l’éducation (CSE) du Québec a publié deux documents préparatoires à l’avis qui devrait paraître en 2020, intitulé provisoirement: La contribution de l’éducation des adultes et de la formation continue à l’inclusion des personnes réfugiées et immigrantes.

En 2018, le service aux entreprises de la Commission scolaire de la Beauce-Etchemin a colligé une liste d’outils en francisation et la partage.

Une mine de ressources variées et adaptées à divers besoins.